Cas de violence dans un CHSLD TVA 10 décembre 2013

Cas de violence dans un CHSLD TVA 10 décembre 2013

Deux ex-employées du CHSLD Saint-Lambert-sur-le-golf ont été accusées cet après-midi au palais de justice de Longueuil dans la foulée d'une enquête sur un cas de violence à l'endroit d'une résidante.

Immacula Eugène, 51 ans, et Marie-Margaret Pétimé, 46 ans, toutes deux préposées aux bénéficiaires, avaient été congédiées par la direction de l'établissement de soins.

Elles doivent maintenant faire face à des accusations de trafic de stupéfiants et d'avoir administré une substance délétère, possiblement des médicaments selon la police.

Mme Eugène est également accusée de voies de fait et d'avoir menacé une résidante du centre avec une arme.

Les deux accusées, qui ont été arrêtées hier par la police de Longueuil, se sont fait imposer une interdiction de communiquer entre elles. Elles doivent revenir en cour ce jeudi pour leur enquête sur remise en liberté.

Leur présumée victime, Denise Beaulieu, âgée de 87 ans, aurait été battue à plusieurs reprises entre le 1er et le 14 juillet dernier. Une plainte a été déposée à ce sujet plusieurs mois plus tard, soit le 21 novembre. La dame est décédée depuis, mais il n'est pas possible de faire le lien entre sa mort et les événements.

Les policiers ont finalement ouvert une enquête et, le 27 novembre dernier, ils ont saisi une vidéo captée par des caméras de surveillance du CHSLD.

L'Agence de la santé de la Montérégie s'intéresse également de près à cette affaire. Après avoir été mise au courant de l'histoire en septembre, elle s'est assurée que les deux employées concernées seraient congédiées.

Depuis le 3 décembre, un enquêteur de l'Agence est d'ailleurs chargé de se pencher sur la qualité des soins offerts aux patients. Son rapport est attendu en janvier prochain.

Plusieurs témoignages

Une source avait rapporté cette histoire de voies de fait à l'équipe de l'émission Le Négociateur la semaine dernière. «Dans la vidéo, il y a deux [employées] qui battent une résidante depuis un bout, avait-elle confié sous le couvert de l'anonymat. La famille avait caché des caméras dans la chambre de leur mère.»

Quelques jours plus tard, une ancienne collègue d'une des accusées avait elle aussi raconté avoir dénoncé son comportement à de multiples reprises pour avoir brutalisé des patients.

Le CHSLD Saint-Lambert-sur-golf a été au centre de l'attention des médias à plusieurs reprises, ces dernières années. En 2011, une association qui défend les droits des aînés réclamait une enquête sur deux décès survenus entre ses murs.

Et dernièrement, TVA Nouvelles apprenait qu'une résidante qui a subi une fracture n'avait jamais été transportée à l'hôpital et qu'elle était morte quelques jours plus tard.