L'Assemblée Nationale rend hommage aux PAB du Québec.

L'Assemblée Nationale rend hommage aux PAB du Québec.

Aff_8_5x11couleurs-th.jpg

L'Assemblée Nationale rend hommage aux PAB du Québec.

Le mardi 28 avril 2015 - Vol. 44 N° 81

Et nous allons débuter nos travaux avec la rubrique des déclarations de députés,

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Merci. Merci de cette belle invitation, M. le député. Et maintenant je cède la parole à M. le député de Maskinongé.

M. Plante : Merci beaucoup, Mme la Présidente. Alors, aujourd'hui, Mme la Présidente, j'aimerais souligner la Journée des préposés aux bénéficiaires et les saluer aujourd'hui aussi dans nos tribunes.

Il est important de remercier les milliers de préposés aux bénéficiaires qui se dévouent au quotidien pour donner des services de qualité. Notons que le réseau de la santé compte près de 40 000 préposés aux bénéficiaires. Le préposé est une personne qui est la plus près du patient et qui détecte le moindre changement dans son comportement ou sa détérioration physique. L'écoute est primordiale. Ils sont à la fois des psychologues et des motivateurs.

Les préposés aux bénéficiaires font partie de l'équipe de soins et sont au coeur de la dispensation de services à la population. Malgré le fait que leur travail est absolument essentiel, il est parfois trop souvent dans l'ombre. Les préposés mettent tous leurs efforts à assurer des services de qualité auprès de la population. Ces femmes et ces hommes représentent l'exemple parfait de gens indispensables sur lesquels on peut compter pour assurer la santé et la sécurité des bénéficiaires résidant dans les différents établissements de santé. Les préposés aux bénéficiaires sont souvent le premier contact et le contact le plus fréquent pour l'usager. C'est par eux que passe la dispensation de soins. Merci, Mme la Présidente.

Journal des débats de l'Assemblée nationale (Travaux parlementaires)

Le Président : Principale, M. le député de Lévis.

M. Paradis (Lévis) : M. le Président, près de 75 000 préposés aux bénéficiaires travaillent dans des conditions qui ne sont pas toujours faciles. C'est leur journée nationale, et j'aimerais saluer les représentants de leur fédération qui sont dans les tribunes avec nous. Bienvenue!

Les préposés sont les seuls professionnels de la santé qui donnent des soins et services directs aux patients et dont le travail n'est pas encadré par aucune norme. La fédération travaille depuis longtemps pour mettre sur pied une entité professionnelle obligatoire pour protéger le public et encadrer le travail des préposés. C'est une recommandation écrite noir sur blanc dans un rapport récent d'un coroner. La CAQ, évidemment, supporte la démarche de la fédération. Sachez que le modèle proposé par la fédération n'est pas un ordre professionnel parce que trop complexe, trop lourd. Une autre alternative est possible. Le premier ministre s'est montré ouvert, ce matin. Le ministre de la Santé accepte-t-il de rencontrer en personne les représentants de la fédération, après la période de questions, pour discuter des possibilités?

Le Président : M. le ministre de la Santé.

M. Barrette : M. le Président, ça me fera plaisir d'accompagner mon collègue le député de Lévis pour rencontrer les représentants de la fédération des préposés aux bénéficiaires pour avoir une courte discussion sur le sujet en question. Et je me joins à sa voix pour souligner le travail important que font les préposés aux bénéficiaires dans notre réseau. Ceci dit, M. le Président, il est vrai que les préposés sont très près des patients, à tous les jours, et dont le travail est important.

Ceci dit, un encadrement, il y en a un : les préposés aux bénéficiaires bénéficient d'une formation qui leur permet de donner les services qui sont à la hauteur de ce qu'on attend. Et je pense évidemment qu'ils le font. Ceci dit, pour ce qui est d'une reconnaissance, évidemment, professionnelle, notamment en ce qui a trait à la possibilité d'un ordre par exemple, bien ça, évidemment, il y a un cheminement à parcourir face à une organisation qui est l'Office des professions. Et ce cheminement-là, évidemment, appartient à ces employés, qui doivent se regrouper et aller de l'avant et faire leur proposition.

Maintenant, dans les prochaines minutes, ça me fera plaisir, M. le Président, d'avoir cette discussion-là avec leurs représentants.

Le Président : Première complémentaire, M. le député de Lévis.

M. Paradis (Lévis) : M. le Président, le ministre de la Santé semble donc favorable à l'idée, c'est une bonne chose. D'ailleurs, un coroner écrivait récemment que le ministère de la Santé doit travailler avec la fédération pour créer une corporation professionnelle.

Une corporation et un ordre, deux modèles bien différents. Il faut savoir que l'Office des professions n'encadre pas les corporations professionnelles. Le ministre de la Santé s'engage-t-il à entreprendre les démarches qui mèneront à la création de cette entité professionnelle?

Le Président : M. le Ministre de la Santé.

M. Barrette : Je pense que, M. le Président, il doit y avoir, évidemment, pour un sujet comme celui-ci, des discussions préliminaires. Et, d'abord et avant tout, par exemple, voir s'il y a un consensus pour aller dans cette direction-là. Dans les journaux, récemment, on a vu qu'il n'y avait pas nécessairement un consensus dans le travail de ces gens-là, pour ce qui est de leurs représentants, à l'effet de choisir tel ou tel modèle.

Ceci dit, comme me le demande le député de Lévis ? et je suis très heureux de voir que j'ai cette possibilité-là aujourd'hui ? ça me fera plaisir de rencontrer ? pour la deuxième fois, d'ailleurs, M. le Président ? les représentants de cette organisation pour en discuter.

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le député de Lévis.

M. Paradis (Lévis) : M. le Président, la CAQ a obtenu plusieurs lettres qui démontrent que le ministre de la Santé et des membres de son cabinet savent qu'il y a actuellement des enquêtes policières sur des préposés malhonnêtes qui fraudent et volent malheureusement des personnes vulnérables, notamment des aînés. J'ai les documents en possession. Il est donc temps d'encadrer, on le sait tous, le travail des préposés...

M. Paradis (Lévis) : ... plusieurs lettres qui démontrent que le ministre de la Santé et des membres de son cabinet savent qu'il y a actuellement des enquêtes policières sur des préposés malhonnêtes qui fraudent et volent malheureusement des personnes vulnérables, notamment des aînés. J'ai des documents en possession. Il est donc temps d'encadrer, et on le sait tous, le travail des préposés aux bénéficiaires et de protéger les patients. C'est une question de gros bon sens.

Je réitère ma demande et je demande au ministre d'accompagner dès maintenant la fédération des préposés dans la création de la corporation professionnelle souhaitée.

Le Président : M. le ministre de la Santé.

M. Barrette : Je suis convaincu, M. le Président, que l'Assemblée nationale est unanime pour condamner la bassesse des actes qui ont été posés par certaines personnes qui ont pénétré dans le domicile de gens vulnérables et les ont volés.

Ceci dit, M. le Président, il <faudrait ... il > serait bien naïf de penser que la création d'un ordre professionnel éviterait en totalité ce genre de comportement là. Malheureusement, ça existe. Dans tous les corps professionnels, il y a toujours des déviants. Ceci dit, aujourd'hui, je suis tout à fait d'accord avec mon collègue pour faire en sorte qu'on puisse s'assurer, par toutes les manières possibles, de la qualité des soins et des services donnés à notre population. Il y a un encadrement dans?

Le Président : En terminant.

M. Barrette : ... notre partie publique, et, encore une fois, ça me fera plaisir d'en discuter avec leurs représentants dans quelques instants.